Dans le cadre du « Nouveau Sanctuaire », la programmation Satellite 12 proposée par Laura Herman, la publication Anna & the Jester dans La Fenêtre d’Opportunité accompagne l’exposition de Julie Béna qui se présente sous la forme d’un conte architectural. Dans son film d’animation Anna & the Jester in Window of Opportunity (2019), Julie Béna relate la curieuse rencontre entre une série de personnages, à la fois existants et imaginés. Critiquant le concept de transparence utilisé en architecture ou dans la société, cette exposition est conçue comme une superposition de couches réelles et virtuelles, créant un espace d’opacité et d’indétermination. Cette publication développe les principes et réflexions qui sous-tendent ces dispositifs au travers d’une conversation entre Julie Béna et Laura Herman ainsi que d’un essai d’Irene Sunwoo, historienne de l’architecture et commissaire d’exposition.

Julie Béna (1982, Paris) vit et travaille entre Paris et Prague. Elle est diplômée de la Villa Arson de Nice et a participé au programme d’échanges de la Gerrit Rietveld Academie d’Amsterdam. En 2018, elle est nommée pour le prix AWARE destiné aux artistes femmes. Son travail a été récemment exposé à la Biennale de Rennes ; à Chapter, New York ; à la galerie Joseph Tang, Paris ; à FUSED Space, San Francisco ; à Mathew, New York et à BOZAR, Bruxelles. Elle a pris part à des performances à la Fondation Ricard et au Palais de Tokyo, Paris ; au CAC Brétigny ; au MRAC de Sérignan ; à l’Independent, Bruxelles ; au M Louvain ; à l’ICA et à la Delfina Foundation, Londres, ainsi qu’à la Kadist Foundation, San Francisco.

Intitulée « Le Nouveau Sanctuaire » la douzième édition de la programmation Satellite, confiée à Laura Herman, présente les propositions de Julie Béna, Ben Thorp Brown et Daisuke Kosugi qui étudient, du point de vue de leurs pratiques individuelles, la capacité qu’a l’environnement aménagé d’accueillir le corps et les sens, d’en prendre soin et de les investir. Comment l’espace détermine-t-il la façon dont nous nous sentons ? Basée sur l’idée d’un environnement menaçant et hostile, l’une des définitions fondamentales de l’architecture est de fournir un abri et un certain confort au corps humain. L’idée répandue de l’habitation comme « peau de substitution » nous vient de l’architecte allemand du XIXe siècle Gottfried Semper qui décrivait l’enclos de l’animal, fait de peaux et de feuillages, comme l’origine de l’espace architectural « privé ». Aujourd’hui, cette conception de l’architecture comme spatialité enveloppante – le désir moderne d’offrir un lieu de refuge – n’est plus opérante. Si nous devons reconsidérer l’architecture comme le point de rencontre entre différentes références culturelles, différentes pratiques, différents rituels, désirs et besoins, comment imaginer un sanctuaire adapté au monde actuel ?


Artiste : Julie Béna
Commissaire : Laura Herman
Coédition : Jeu de Paume / CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux
Date de publication : 8 février 2018
Format : ePub 3 à marges fixes
Langues : français, anglais
ISBN version numérique grand public : 9782915704860
Prix catalogue : 6,99 €